Un beau jour, combattre le viol

NB : Rédigé en Octobre 2011

Le dernier livre de Clémentine Autain, « Un beau jour, combattre le viol » aux éditions Indigènes, est un essai qui comme son nom l’indique propose des moyens de lutter contre le viol dans notre société toujours très patriarcale.

Le viol est un sujet délicat. Ce qui n’empêche pas Clémentine Autain de livrer avec cet essai, un manifeste de lutte idéologique féministe. Clémentine Autain est une figure de la gauche radicale. Proche des communistes, elle a travaillé à la mairie de Paris. A l’origine, c’est l’affaire DSK qui a motivé son livre. Selon elle, les médias se sont montrés trop tolérant envers Dominique Strauss-Kahn. On se souvient notamment de Jean-François Kahn l’ex-directeur de Marianne, qui avait alors parlé de « troussage de domestique » au sujet de la plainte pour viol de Nafissatou diallo, la femme de chambre de DSK. C’est l’exemple d’une vieille mentalité machiste. Les victimes de viol sont peu considérées ou écoutées. Pire ! « Le viol est le seul crime ou la victime se sente coupable » explique Clémentine Autain. Un problème soigneusement évité dans notre société. Comme si cela demeurerait presque normal. L’auteure souligne à ce titre un chiffre alarmant : seulement une femme agressée sur 8 porte plainte.

La question du viol reste selon Clémentine Autain très largement taboue.  Il est donc nécessaire de faire un travail d’éducation populaire. L’auteure propose de faire une loi-cadre, qui affirmerait le lien entre viol et domination masculine. C’est là que commence la lutte idéologique. Et la méthode est tranchée, même si elle se justifie. Mais rassurer vous tout de suite, Clémentine Autain ne propose pas la peine de mort pour les violeurs. Il ne s’agit pas d’un livre de Robert Ménard. Il s’agit de faire la révolution, mais pas n’importe qu’elle révolution.

Autain veut changer le regard porté sur le viol. Le voir comme un acte situé dans un rapport historique de domination masculine, et non plus comme un acte isolé commis par un malade mental. Le viol est le résultat du rapport sexiste et machiste que nous avons intégré depuis l’enfance. L’auteure etaye son propos par plusieurs exemples, dont celui de la Belle au Bois Dormant. Un conte qui véhicule le modèle de l’homme actif et de la femme passive. Et donc qui aurait tendance à légitimer le viol. Il y a certainement du vrai là-dedans, et ce n’est pas le rôle de cet article de donner son avis. On peut tout de même souligner unce chose,  renverser l’ordre de la domination masculine pour éliminer le viol reste un raisonnement simpliste. Cela fait penser au raisonnement radicalement opposer au capitalisme: si l’on abolit le capitalisme, on règle tous les maux de la planète.

C’est pour cette raison qu’il faut rappeler qu’il s’agit d’une militante de gauche radicale. Le livre, s’il s’attaque à un grave problème, reste dans le registre de l’idéologie. Je conseille cependant largement sa lecture, très intéressante.

Clémentine Autain manifestait à Paris il y a 10 jours avec prés de 3000 femmes pour réclamer cette loi-cadre contre les violences faites aux femmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s